Algérie : plus de soixante blessés lors d’un match de football

Selon un responsable de la protection civile, citée par l’APS, ces personnes ont été blessées à divers degrés par des jets de pierres et de projectiles au cours de ce match entrant dans le cadre des 16emes de finale de la Coupe d’Algérie de football.

Dans un premier bilan, mardi, la DGSN avait fait état d’un bilan de 14 blessés, dont 6 policiers.

Suite à ces violences, pas moins de 41 personnes ont été arrêtées et seront déférées devant les tribunaux, d’après la même source.

Les mis en cause comparaîtront pour “trouble à l’ordre public” , “détérioration de biens d’autrui et biens publics” et “violence envers des agents de la force publique” .

Le match CR Village Moussa- MC Alger a été interrompu, une première fois, pour 13 minutes à la suite de la blessure du milieu de terrain du MC Alger, Sofiane Bendebka, à la tête, puis pour 6 autres minutes, avant que l’arbitre ne décide de l’arrêter définitivement, dans le temps additionnel de la première mi-temps alors que les Mouloudéens menaient au score 3 à 0, en raison des débordements, selon les comptes-rendus de presse.

Ce n’est pas la première fois que des violences émaillent les matchs de football en Algérie.

Le 20 octobre dernier, plusieurs joueurs du MCA ont été agressés et blessés par des supporters qui ont envahi le terrain à Bordj Bou Arreridj (est) où ils sont allés s’imposer face à l’équipe locale dans le cadre d’un match de championnat.

Une journée auparavant, des affrontements avaient éclaté entre les galeries de deux clubs de football, l’AS Khroub et le MO Constantine, dans un match derby comptant pour le championnat amateur.

Le 10 octobre, la fin du derby algérois CR Belouizdad – USM Alger avait également été marquée par des scènes de violence, provoquant plusieurs blessés.

En avril dernier, des échauffourées avait éclaté dans les gradins du stade de Constantine, au cours d’un match comptant pour les demi-finales de la Coupe d’Algérie opposant la J S Kabylie et le M C Alger.

Durant le même jour, le stade d’Oran a été le théâtre de scènes de violence et de vandalisme après un envahissement des supporters de l’équipe locale mécontents de la défaite devant le CR Belouizdad.

Suite à ces violences, le ministère de l’intérieur avait mis en place une commission d’enquête chargée d’examiner les causes de ces « dérapages dangereux, de définir les responsabilités et de prendre des mesures et des décisions fermes en vue d’en finir avec ce phénomène étranger à notre société ». A ce jour, on ignore les résultats de cette enquête.

Mais le pic de violence demeure l’assassinat, en août 2014, par un jet de pierre, selon la version officielle, de l’attaquant de la JS Kabylie, le Camerounais, Albert Ebossé.

Pour de nombreux sociologues et spécialistes, les violences enregistrées régulièrement dans les stades sont essentiellement liées à la mal-vie et à la frustration des jeunes, la frange la plus importante qui suit les matchs de football, un sport-culte dans le pays, et confrontée à un chômage endémique.

 

 

https://www.aa.com.tr/fr/sport/algérie-plus-de-soixante-blessés-lors-d-un-match-de-football-/1354465

Articles similaires