Amazigh est déposé dans l’année .. Mouvement de l’ONU et la poursuite de la Constitution “sans intérêt”

by Emploi Maroc

Le mouvement “Tamazight” a enregistré une “quasi-unanimité” concernant la suppression du résultat de l’année 2018 en ce qui concerne l’évolution du fichier amazigh. Jusqu’à présent, la langue parlée depuis 2011 était totalement absente des lois réglementaires restées en vigueur dans les travaux des comités de la Chambre. Après leur présence dans le cadre de la “mobilité rurale” et des marches organisées par les tribus de Sous contre la politique d’expropriation des terres.

Selon un rapport préparé par le commissaire de l’ONU, Teddy Achiyomi, à la suite de plusieurs acteurs, les Nations Unies ont également reconnu l’existence d’un “racisme” contre les Amazighs dans les domaines de l’éducation, de la justice et de l’administration. Amazigh aux institutions internationales.

Les activités amazighes auront lieu l’année suivante afin de remédier au manque, notamment au niveau de l’enseignement amazigh, afin de résoudre le problème de l’imposition d’autres langues aux professeurs amazighs, ainsi que du Conseil national des langues et de la culture marocaines, qui sera décidé dans le cas du Maroc.

Pas de péage

“La plupart des optimistes et des défenseurs des choix politiques des gouvernements post-2011 auront du mal à donner un regard gris sur les résultats du gouvernement actuel, ce qui peut être assimilé à rien”, a déclaré Abdellah Badou, président du Réseau Amazigh pour la citoyenneté. De même que son incapacité à formuler des politiques publiques capables d’amender et de promouvoir la langue et la culture amazighes et d’éradiquer toutes les formes de discrimination affectant la langue et la culture amazighes. ”

“Tous les indicateurs sont négatifs, compte tenu des énormes baisses observées dans plusieurs domaines, qui peuvent être considérés comme prioritaires, tels que l’éducation, l’information et l’administration publique”, a déclaré Baddou dans un communiqué adressé à Hasperis. Lancé il y a plusieurs années, cet impact a eu un impact négatif, considérant dans de nombreux contextes un véritable inhibiteur pour tout développement ou amélioration des acquisitions précédentes.

Le responsable de “Azata” a déclaré que “la démarcation contribuait au gel ou à la suppression de ces motifs, justifiant l’attente de la publication de la loi de réglementation”, et a ajouté: “Cela perturbe les ateliers pour activer le caractère officiel de la préméditation et de la surveillance en langue amazighe. Nous avons perdu sept ans aurait été très important dans l’établissement Politique juste et équitable de la langue amazighe, la moitié de la période prévue dans le projet de loi de réglementation soumis par le gouvernement, qui a eu lieu à ce jour au sein de la commission de l’éducation, de l’information et de la culture du Parlement. ”

Le même porte-parole a déclaré: “En ce qui concerne le caractère officiel de la langue amazighe, j’emprunterai la déclaration du Rapporteur spécial selon laquelle” les Amazighs sont encrés sur du papier “. Si, au niveau du document constitutionnel, le Maroc exprimait la reconnaissance juridique de l’amazighisme du pays en reconnaissant l’identité amazigh, La langue amazighe est une langue officielle au sens du chapitre 5 de la constitution marocaine, mais ce cadre constitutionnel s’est rapidement effacé pour faire face aux défis de la réalité. La loi sur l’organisation de la formalisation de la langue amazighe prévue au quatrième paragraphe du chapitre 5 n’a pas été adoptée sept ans plus tard. Adoption de la Constitution de 2011 “.

Honte du gouvernement

“Il est difficile de parler d’un résultat dans la situation actuelle, car il n’y a aucune issue au cycle de récalcitrance et de stagnation; les lois réglementaires de la dictature amazigh sont connues pour être un retard important, malgré les déclarations du Premier ministre Saad al Din al-Othmani selon lesquelles elles seront adoptées début décembre, “Il a dit.

Boshartt a ajouté qu ‘”il y a une grande rigidité législative est en réalité une honte pour le gouvernement actuel, qui n’a pas respecté la Constitution et le minimum d’éthique et de contrat”, notant que “à l’exception du ministère de la Communauté et du service public, qui se déplacent, le premier en envoyant des équipes théâtrales à la Diaspora, Royal de la culture amazighe, le gouvernement a fait peu d’efforts. ”

Abizaid et l’auteur du livre “Touareg, l’espace de la résistance au pouvoir”, ont affirmé que “certains quartiers appliquent des dispositions régionales et respectent la présence des Amazighs dans leurs départements, mais dans de nombreux autres cas, ils ne parviennent pas à les intégrer au niveau des groupes et des conseils”, soulignant que “le gouvernement ne concerne pas les droits des Amazighs. “Il a dit.

Il a ajouté que “le Tamazight est toujours présent dans les médias depuis 2012, où il n’a pas tenu les promesses faites aux médias et a manqué la transition vers une diffusion de 24 heures”, décrivant la question comme un “danger grave”, ajoutant: “Malgré le constitutionnalisme, l’esprit de l’État ne veut pas mesurer Pluralisme linguistique “.

Marginalisation de ma région

Dans un autre contexte, Abdullah Badu a déclaré que “le plus dangereux est la situation dans les zones amazighes, en particulier dans les campagnes et à Sousse, où le gouvernement a cherché à aborder les politiques économiques de la pauvreté, en se concentrant sur l’élimination des droits économiques, sociaux et culturels de ces régions, ce qui a contribué au déclin des indicateurs de développement (Éducation, santé, routes, emploi …) “.

“Le mouvement des campagnes et le mouvement récent de Souss révèlent la nature de ces politiques discriminatoires visant les populations locales en les privant de leurs terres, de leurs biens et de leur liberté en raison des lourdes peines imposées aux activistes et aux activistes ruraux”, a-t-il ajouté. La réalité des infrastructures et des opportunités économiques dans ces régions est la preuve des politiques discriminatoires du Centre envers les Amazighs, où qu’elles se trouvent. ”

Articles similaires