Chrétiens du maroc quel avenir

Chrétiens du maroc quel avenir

Un couple a quitté l’islam et a transformé sa maison en église. Les chrétiens du Maroc adorent librement et ont d’autres exigences

Après s’être détournés de l’islam, les deux couples, Farah et Adam, ont élu domicile dans une église où ils reçoivent des chrétiens marocains qui tiennent des prières en masse, lisent la Bible et récitent les hymnes.

Adam – et son nom Mohammed avant de changer sa croyance dans le christianisme –
Le prêtre de l’église de la Gloire, dont le domicile est situé à la périphérie de Rabat, explique à Al-Jazeera Net qu’il ne s’agit pas seulement d’un lieu de culte, mais également d’une réunion de la minorité chrétienne dans le but d’échanger des préoccupations et de se soutenir mutuellement.

Le couple a décidé de se déclarer ouvertement pour défendre les droits des chrétiens marocains et pour contrer ce qu’ils qualifient de harcèlement en raison de leurs choix religieux.
Adam Al-Ribati fait référence à sa fille enceinte de cinq mois et affirme que leur association avec l’Association marocaine des droits et libertés de la religion ne concerne pas seulement eux, mais également la première génération de chrétiens marocains nés de parents chrétiens. Il dit qu’il envisage de nommer sa fille “Ra’ut” mais attend des autorités qu’il rejette le nom et a précédemment refusé d’enregistrer les enfants avec des prénoms chrétiens.
Adam al-Rubati et Farah bin al-Qayed se sont mariés conformément au code de la famille marocain, fondé sur le droit islamique. “Il n’y a que cette façon d’être officiellement notre mariage, bien que cela soit contraire à nos convictions”, a déclaré le mari.

Il note qu’il n’a subi aucun harcèlement lors de l’extraction des documents de mariage, mais se plaint que la plupart de ses mouvements sont sous le regard des autorités et sous un contrôle étroit.

Farah est la porte-parole officielle du comité chrétien de l’association et résume ses revendications concernant “le droit de pratiquer les rites religieux de l’église, le mariage de l’église, nommer les enfants avec des noms chrétiens, enterrer leurs morts dans des tombes privées et abolir ensuite l’éducation obligatoire de l’islam”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *