a
HomeActualitéFerrari: le bénéfice net bondit, porté par la hausse des ventes

Ferrari: le bénéfice net bondit, porté par la hausse des ventes

Ferrari

Ferrari: le bénéfice net bondit, porté par la hausse des ventes

Le fabricant de voitures de luxe Ferrari a vu son bénéfice net bondir de plus de 20 % au premier trimestre, porté par la hausse des ventes, en particulier de son nouveau bolide Portofino, lui permettant ainsi de signer des résultats supérieurs aux attentes.

Conséquence: le titre s’envolait à la Bourse de Milan. Vers 12H45 GMT, il prenait 5,32 % à 124,7 euros dans un marché en petite progression (+0,51 %).

Le bénéfice net a augmenté de 20,8 % sur les trois premiers mois de l’année, à 180 millions d’euros, alors que les analystes tablaient sur 158 millions, selon le consensus calculé par le fournisseur d’informations financières Factset Estimates.

Le chiffre d’affaires a lui progressé de 13,1 %, à 940 millions d’euros, un résultat là aussi meilleur qu’attendu (869 millions).

La hausse a été portée par le bond de 22,7 % du nombre de voitures vendues, qui a atteint 2.610 unités sur le trimestre.

Ceci a compensé la baisse moyenne du prix de vente lié au succès du modèle Portofino, et au recul des ventes de moteurs (-23,4 %) au groupe Maserati, en perte de vitesse.

L’Europe-Moyen-Orient-Afrique reste le principal marché de Ferrari, avec 1.209 véhicules livrés (+9,6 %), suivi de l’Amérique (720 bolides, +26,5 %). Les livraisons ont explosé dans la région Chine-Hong Kong-Taïwan (+79,2 %, à 328 euros), conséquence de la décision d’accélérer les livraisons avant l’entrée en vigueur anticipée des nouvelles normes sur les émissions de CO2.

Fort de ces bons résultats, Ferrari a confirmé tous ses objectifs pour 2019.

La marque prévoit notamment un chiffre d’affaires supérieur à 3,5 milliards d’euros (+3 % par rapport à 2018) et un bénéfice brut d’exploitation (Ebitda) ajusté entre 1,2 et 1,25 milliard d’euros (+10 %).

Ces résultats ont surpris positivement. Fin janvier, le patron de Ferrari, Louis Camilleri, avait en effet souligné que la première partie de 2019 serait plus difficile, car « Ferrari n’est pas immunisé contre ce qui se passe dans le monde, même s’il a une résilience importante ».

Dans le cadre de son plan stratégique 2018-2022, Ferrari entend mettre un coup d’accélérateur sur l’hybride, tout en misant sur des séries spéciales, dont un nouveau concept baptisé « Icona » (Icône), pour doper ses bénéfices d’ici à 2022. Le groupe entend faire passer son Ebitda ajusté à 1,8-2 milliards d’euros à cette date.

 

Source: AFP

Share With:
Rate This Article

Press et actualités : Maroc et Monde

quoid9.ma@mail.com

No Comments

Leave A Comment