Ferrari

Ferrari: le bénéfice net bondit, porté par la hausse des ventes

Le fabricant de voitures de luxe Ferrari a vu son bénéfice net bondir de plus de 20 % au premier trimestre, porté par la hausse des ventes, en particulier de son nouveau bolide Portofino, lui permettant ainsi de signer des résultats supérieurs aux attentes.

Conséquence: le titre s’envolait à la Bourse de Milan. Vers 12H45 GMT, il prenait 5,32 % à 124,7 euros dans un marché en petite progression (+0,51 %).

Le bénéfice net a augmenté de 20,8 % sur les trois premiers mois de l’année, à 180 millions d’euros, alors que les analystes tablaient sur 158 millions, selon le consensus calculé par le fournisseur d’informations financières Factset Estimates.

Le chiffre d’affaires a lui progressé de 13,1 %, à 940 millions d’euros, un résultat là aussi meilleur qu’attendu (869 millions).

La hausse a été portée par le bond de 22,7 % du nombre de voitures vendues, qui a atteint 2.610 unités sur le trimestre.

Ceci a compensé la baisse moyenne du prix de vente lié au succès du modèle Portofino, et au recul des ventes de moteurs (-23,4 %) au groupe Maserati, en perte de vitesse.

L’Europe-Moyen-Orient-Afrique reste le principal marché de Ferrari, avec 1.209 véhicules livrés (+9,6 %), suivi de l’Amérique (720 bolides, +26,5 %). Les livraisons ont explosé dans la région Chine-Hong Kong-Taïwan (+79,2 %, à 328 euros), conséquence de la décision d’accélérer les livraisons avant l’entrée en vigueur anticipée des nouvelles normes sur les émissions de CO2.

Fort de ces bons résultats, Ferrari a confirmé tous ses objectifs pour 2019.

La marque prévoit notamment un chiffre d’affaires supérieur à 3,5 milliards d’euros (+3 % par rapport à 2018) et un bénéfice brut d’exploitation (Ebitda) ajusté entre 1,2 et 1,25 milliard d’euros (+10 %).

Ces résultats ont surpris positivement. Fin janvier, le patron de Ferrari, Louis Camilleri, avait en effet souligné que la première partie de 2019 serait plus difficile, car “Ferrari n’est pas immunisé contre ce qui se passe dans le monde, même s’il a une résilience importante”.

Dans le cadre de son plan stratégique 2018-2022, Ferrari entend mettre un coup d’accélérateur sur l’hybride, tout en misant sur des séries spéciales, dont un nouveau concept baptisé “Icona” (Icône), pour doper ses bénéfices d’ici à 2022. Le groupe entend faire passer son Ebitda ajusté à 1,8-2 milliards d’euros à cette date.

 

Source: AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *