Gad lmaleh

NEW YORK, NY - SEPTEMBER 12: Gad Elmaleh attends the GOOD + Foundation "An Evening of Comedy + Music" Benefit at Carnegie Hall on September 12, 2018 in New York City. (Photo by Manny Carabel/Getty Images)

Gad Elmaleh obtient des informations personnelles sur CopyComic

Nouveau rebondissement dans l’affrontement impliquant l’humoriste français Gad Elmaleh et CopyComic, le YouTubeur connu pour dénoncer les actes de plagiats d’humoristes français.

Comme l’a annoncé ce mercredi 10 avril le “justicier de la blague” sur son compte Twitter, Gad Elmaleh a obtenu le droit de disposer d’informations personnelles sur lui par l’intermédiaire de Facebook, après la requête d’un juge français.

Après ses récentes déclarations dans les médias pour se défendre encore des accusations de plagiat, “Gad” semble donc continuer les procédures.

Dans un premier temps, l’humoriste star s’est vu refuser la suppression des tweets de CopyComic sur les fameuses vidéos le concernant. Mais cette fois l’humoriste français a obtenu le droit de disposer d’informations sur le YouTubeur anonyme par l’intermédiaire de son avocate. Les informations doivent être livrées par Facebook suite à “une assignation auprès d’un juge du tribunal de grande instance de Paris”, explique le réseau social au Parisien. À l’heure où cet article est publié, nous ne savons pas si les informations ont déjà été communiquées.

Notifié par Facebook de cette décision, celui qui se fait également surnommer “Ben” s’est ému des conséquences de cette procédure.

Cette décision implique donc que le réseau social de Mark Zuckerberg fournit à Isabelle Wekstein-Steg, l’avocate de “Gad” et spécialiste en droits d’auteur, “certaines informations” concernant le compte Facebook de CopyComic.

Dans un échange de messages avec Le Parisien, CopyComic semble inquiet de cette décision du juge: “Twitter avait suspendu les tweets, j’ai réussi à faire ‘annuler’ la plainte et donc la suspension. Ici, avec Facebook, je n’ai pas de prise sur la suite, et leur email m’informe (non pas qu’ils étudient la demande) mais qu’ils vont lui envoyer les infos (si ce n’est déjà fait) car l’injonction du juge français les y oblige légalement”.

Parmi les informations auxquelles l’avocate de Gad Elmaleh peut avoir accès: son adresse mail, ses adresses IP et même son nom ainsi que son numéro de téléphone.

Cette situation pourrait mettre fin à l’anonymat de CopyComic, d’autant plus que le dénonciateur de plagiats ne connaît toujours pas la liste des données transmises par le réseau social. “Je n’ai pas pu obtenir la nature des informations communiquées par Facebook à l’avocate de Gad Elmaleh. J’en ai fait la demande au cabinet d’avocats de Facebook, sans réponse pour l’instant, explique CopyComic au HuffPost. Je navigue donc à vue pour le moment”.

“Une ancienne démarche” pour l’avocate de Gad

Les informations personnelles transmises par Facebook pourraient avoir plusieurs conséquences pour le YouTubeur anonyme: “J’ai ‘peur’ que soit identifiée une de mes connaissances dont il est possible que j’ai utilisé une info personnelle lors d’une connexion Facebook… Cette personne ne sait pas que je suis CopyComic, mais surtout, je ne tiens pas à ce que d’autres aient des soucis ‘à cause’ de moi”, regrette déjà CopyComic dans les colonnes du Parisien.

Au HuffPost, il ajoute: “C’est plus parce que je me préoccupe du fait qu’une info personnelle oriente vers une de mes connaissances et non vers moi, que je me soucie de ce que Facebook peut avoir communiqué comme info à Gad Elmaleh et son avocate. En clair, je n’aimerais pas que soit accusé une personne chez qui j’ai pu me connecter une fois, ou autre cas où serait pointé du doigt une personne qui n’est pas moi (encore)!”.

Dans le camp adverse, on se défend d’une nouvelle procédure comme l’a expliqué Isabelle Wekstein-Steg au quotidien français.

“Aucune plainte n’a été déposée ni aucune assignation délivrée. Il s’agit d’une ancienne démarche diligentée par mes soins il y a plusieurs mois, dans le cadre de procédures automatiques de demandes de retrait de vidéos, mises en place depuis plusieurs années. Je ne l’ai pas poursuivi et je n’ai rien engagé depuis à l’égard de Facebook ou de quelque plateforme que ce soit.”

Pour autant, aucune réponse n’a été livrée au Parisien sur une potentielle utilisation des informations personnelles de CopyComic, fournies par Facebook à l’avocate de “Gad”.

CopyComic confie d’ailleurs au HuffPost que des poursuites ne l’inquiètent pas à titre personnel, qu’elles concernent une atteinte aux droits d’auteurs ou pour diffamation: “Je pense que les propos publics de certains humoristes et personnalités du monde de l’humour qui ont suivi la publication des vidéos suffiront à prouver qu’il n’y a pas de diffamation: si c’était un secret de polichinelle, en quoi aurais-je diffamé? Si j’ai ‘prouvé/démontré/comparé’ des éléments, je ne vois pas en quoi il me serait reprochable quoi que ce soit, conclut-il. Et s’il faut que cela se fasse devant un tribunal, nous verrons bien.”

Source: Huffington post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *