Hawas portant une cape “prédicateur” .. Les accusations portent contre “Mall 17 milliards”

by Emploi Maroc

Zine El Abidine Al-Hawas, le parlementaire isolé âgé de 17 milliards d’années qui est détenu pour la première fois devant l’organe de décision de la Cour d’appel de Casablanca, a tenté de réfuter les accusations de gaspillage de fonds publics, surprenant ainsi sa présence à la prison d’Okasha.

“Mall 17 milliards”, qui a préféré se présenter devant le juge Ali al-Tarshi mardi soir, vêtu d’une girafe inhabituelle, s’est adressé à la tête du corps en déclarant: “Je me demande pourquoi je suis ici, je suis allé dans mon sac au Parlement, si je me trouve à Okasha, “Je souffle sur mon coeur sur vous, Monsieur le Président.”

Le chef du groupe de l’ancienne frontière de Salem, qui a été isolé par le ministère de l’Intérieur, a déclaré qu’un certain nombre d’auteurs de ce dossier avaient un rival politique, ajoutant que “ceux-ci ne communiquent pas avec le citoyen et que la fourchette dans leur gorge sont les sens”.

“Nous formons une liste de Walo et nous réussissons parce que nous ne demandons pas de pot-de-vin. Je demande à l’administration de coopérer avec le citoyen darwish, et le contractant et les principaux entrepreneurs appliquent la loi avec eux”, a déclaré Zine El Abidine, qui appartenait à la PAM avant de partir.

“Je le connais bien et il a été l’un des candidats aux avantages de 2015 au nom de l’authenticité et de la modernité. Je suis allé voir les autorités pour leur dire que je ferais appel à lui s’il restait sur la liste et était supprimé, car il suivait la promotion de la cocaïne et restait à l’intérieur. En 2009, sur la base d’une amnistie royale, ce qui l’a énervé contre moi. “

Il a démenti les 17 milliards de “centres commerciaux” pour avoir extorqué des entrepreneurs désireux de construire des immeubles sur le niveau de la poussière municipale, et a déclaré: “C’est une pitié de soi, et Dieu Tout-Puissant n’a pas pris son dirham de la communauté, alors je me demande pourquoi je suis ici, est-ce parce que j’ai fait mon devoir? .

En ce qui concerne les déclarations de la résidence de Jawhrat Al-Sawalem, qui a confirmé lors de son audition qu’Al-Hawas avait refusé de lui remettre le permis de construire, à moins qu’il ne soit en mesure de lui verser un pot-de-vin, et après avoir refusé de se soumettre à la colonie. “Le propriétaire de la résidence appartient à la famille du rédacteur en chef d’un célèbre journal national et ne peut être sollicité pour lui donner un pot-de-vin”, ajoutant: “Je ne peux pas lui demander de pot-de-vin, car je risque de me retrouver en première page du journal”.

Le propriétaire de la résidence a accusé l’ancien chef du groupe Salem de l’avoir fait chanceler pour avoir remis un de 120 millions de centimes à l’un de ses “Tawfiq Z”, en particulier après le retour d’Al Hawas aux élections législatives de 2015 et sa victoire à la présidence après son limogeage.

L’investisseur immobilier a ajouté que son refus de se plier aux hypothèses de Zine El Abidine avait donné à ce dernier des défauts et des observations inexistantes dans le modèle concédé sous licence, et qu’il refusait par conséquent de lui remettre le certificat de conformité.

Articles similaires