Le conseiller communication d’Emmanuel Macron, Sylvain Fort, qui avait rejoint en août 2016 l’équipe de campagne du candidat d’En Marche, a confirmé jeudi qu’il quitterait l’Elysée d’ici la fin du mois de janvier pour des raisons personnelles.

“Ma loyauté” à l’égard du chef de l’Etat “reste totale”, a dit le normalien de 46 ans, en charge des discours du président, au Parisien qui a révélé l’information. Sylvain Fort a précisé à Reuters que l’Elysée communiquerait ultérieurement sur son remplacement.

Grand amateur d’opéra, il avait pris le poste de conseiller discours et mémoire à son arrivée à l’Elysée en 2017. Connu pour ses phrases ciselées et ses références historiques, il a aussi été critiqué pour ses interventions musclées auprès de journalistes.

L’annonce de son départ intervient au moment où Emmanuel Macron est confronté à un nouvel épisode de l’”affaire Benalla”, du nom de son ancien chargé de mission mis en cause dans des violences lors des manifestations du 1er mai.

Une enquête préliminaire a été ouverte samedi dernier par le parquet de Paris contre Alexandre Benalla accusé d’avoir utilisé ses passeports diplomatiques après son licenciement cet été.

A la suite du premier volet de l’affaire, l’Elysée avait procédé à une réorganisation de ses services, nommant notamment à la tête du service de communication Sylvain Fort, secondé par la conseillère presse d’Emmanuel Macron Sibeth Ndiaye, en poste depuis mai 2017.

Malmené dans les sondages, le chef de l’Etat a également été affaibli par la crise des “Gilets jaunes” qui l’a contraint début décembre à revoir sa stratégie et à faire une série d’annonces en matière de pouvoir d’achat, chiffrées à 10 milliards d’euros.

Lors de sa dernière prise de parole officielle, lundi soir à l’occasion des traditionnels “voeux aux Français”, Emmanuel Macron s’est dit déterminé à mener à bien son train de réformes et a exclu tout “renoncement”, appelant notamment les Français à “accepter la réalité”.

Réagissant à l’annonce du départ de Sylvain Fort, le ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin a exprimé son “respect” pour la plume du chef de l’Etat.

“Je trouve qu’il a fait des discours absolument magnifiques pour le président de la République, notamment le discours des Bernardins (lors duquel le chef de l’Etat avait exprimé le souhait de réparer le lien entre l’Eglise catholique et l’Etat-NDLR) qui a été très critiqué mais que moi j’ai trouvé très touchant, très vrai, très Républicain, aussi le discours (consacré au) colonel Beltrame”, a-t-il dit sur CNews.

Articles similaires