Le démantèlement du “réseau de la cocaïne” suscite des exigences en vue de punir les manipulateurs de l’aide

by Emploi Maroc

L’affaire du démantèlement d’un réseau de trafic de drogue dans la ville de Boujdour la semaine dernière par le Bureau central de la recherche judiciaire a appelé à reconsidérer la distribution de l’aide alimentaire fournie par l’État aux résidents du camp d’Al-Wahda à Boujdour. Faisait partie d’un réseau criminel désorganisé.

Selon des rapports de Hasbres provenant de sources à Boujdour, la distribution de l’aide alimentaire aux habitants d’Unity Camp manque de gouvernance, une grande partie de cette aide est échangée, avec la complicité d’un certain nombre de parties, plutôt que dirigée vers les habitants du Unity Camp, “Inside” qui est venu à Boujdour en échange de promesses de recevoir une aide de l’Etat.

La farine, l’huile et le lait en poudre portant l’emblème des Forces armées royales sont ouvertement vendus à bas prix sur les marchés de la ville de Boujdour, tandis que certains sont transportés dans d’autres villes du sud, l’objectif premier étant d’aider les résidents du camp Wahda.

Selon une source de Boujdour, des “gangs” manipuleraient l’aide alimentaire destinée aux habitants du camp d’Al Wahda, ce qui aurait coûté de grosses sommes d’argent au trésor public et priverait le commerce des citoyens qui le méritaient, sans avoir déjà tenu plusieurs veilles sans changer la situation jusqu’à présent. .

Selon les informations disponibles, un membre du réseau de trafic de drogue démantelé par le Bureau central de la recherche judiciaire, a été arrêté, à l’entrée de la ville de Boujdour, à son retour de Laayoune.

Les résidents des camps d’Unity espèrent ouvrir le dossier de manipulation de l’aide qui leur est destiné, après l’arrestation du superviseur pour lui donner l’autorisation d’en bénéficier, d’autant plus que le nouvel agent de Boujdour a déjà déplacé ce dossier, où un conseiller du groupe avait été arrêté en mars dernier, accusé d’implication dans l’échange de cartes de reconstitution nationale. Soutenir les familles dans le besoin.

La manipulation de l’aide alimentaire et des cartes de récupération nationales à Boujdour représentent une somme considérable pour les trafiquants: elles sont vendues à un prix pouvant atteindre 5 millions de centimes et les acheteurs peuvent recevoir une aide de l’État pouvant atteindre 2 300 dirhams par mois. Et la vente de denrées alimentaires destinée à aider les pauvres, à son tour, rapporte de grosses sommes d’argent aux trafiquants.

Articles similaires