Le gouvernement parle de “vigilance en matière de drogue” et les pharmaciens exigent des amendements légaux

by Emploi Maroc

Le gouvernement a récemment annoncé la création d’un comité chargé de promouvoir la vigilance en matière de drogue dans le Royaume, qui contrôlera l’utilisation des médicaments après leur introduction sur le marché.

Comité national de surveillance des drogues Le gouvernement a ratifié un décret définissant ses fonctions, qui vise à mettre en œuvre les dispositions du deuxième paragraphe de l’article 6 de la loi n ° 17.04 du Code du médicament et de la pharmacologie, adoptée le 22 novembre 2006, qui définit les fonctions, la composition et le fonctionnement de la Commission nationale.

Mustapha al-Khaliji, porte-parole officiel du gouvernement, a déclaré que la création de ce comité avait pour objectif de contribuer à la mise en place du système national de vigilance en matière de drogue, fournissant des garanties pour la sécurité des médicaments, surveillant leurs effets indésirables et évaluant les informations relatives aux effets inattendus ou toxiques des médicaments après autorisation de les afficher sur le marché.

Selon lui, l’une des fonctions de la Commission nationale d’observation des drogues consistait à évaluer les informations obtenues et à donner un avis au ministre de la Santé sur les mesures à prendre pour prévenir, prévenir, réduire au minimum ou réduire les risques liés à l’utilisation de médicaments.

Il incombe également au Comité d’effectuer les recherches et travaux qu’il juge nécessaires pour assurer la vigilance en matière de drogue, de sa propre initiative ou à la demande du ministre de la Santé, pour recommander au ministre de la Santé de suspendre ou de retirer l’autorisation de l’offre sur le marché et d’empêcher la vente d’un médicament qui poserait un risque pour la santé publique, Éveil pharmacologique national et comment le gérer.

Mohammad Hawashi, vice-président de la Fédération nationale des syndicats de pharmaciens, a appelé à la nécessité de modifier la loi régissant le contrôle des drogues plutôt que de créer un comité chargé de la travailler.

“Au lieu de modifier la loi, un comité a été mis en place pour surveiller les médicaments sur les marchés, tandis que l’inspection des pharmacies est requise pour mettre fin aux médicaments vendus en dehors du cadre”, a déclaré Hawashi dans un communiqué.

Le porte-parole a déclaré que tous les endroits où le médicament devrait être soumis à une inspection sur la base des plaintes des citoyens et ne se limitaient pas à des endroits légaux, faisant référence à la gravité des médicaments commercialisés en dehors de la voie légale.

“Il existe des médicaments de Ceuta et Melilla ou des médicaments vendus dans le sud du royaume et d’autres sur les marchés hebdomadaires”, a-t-il déclaré, ajoutant que la solution légale pour les médicaments consiste à les sortir des fabricants aux normes internationales afin que l’industrie pharmaceutique passe par des sociétés de distribution qui achètent ces médicaments et les distribuent à des pharmacies saoudiennes.

Articles similaires