Les “soldes promotions” font des consommateurs une “victime” d’une publicité brillante

by Emploi Maroc

À la fin de chaque année, les magasins marocains se tournent vers des panneaux annonçant la saison de coupe, mais beaucoup ne savent pas que la plupart d’entre eux ne respectent pas la loi qui définit les mesures de protection des consommateurs, en raison d’une surveillance insuffisante et d’une sensibilisation insuffisante.

Parmi les coupes de contrefaçon et les publicités lumineuses, les commerçants cherchent à attirer le plus grand nombre de clients et se moquent des moyens, même si cette méthode ne respecte pas les conditions minimales des exigences légales qui doivent être appliquées par les autorités et les contrevenants des contrevenants.

Un nombre important de Marocains ignorent qu’ils disposent d’une loi protégeant leurs droits en tant que consommateurs (le 31.08 a été publié en 2011), mais sa mise en œuvre sur le terrain semble faible, comme en témoignent le grand nombre de campagnes et le non-respect des normes juridiques requises, notamment la durée, le prix initial et le prix réduit.

“La plupart des réductions annoncées par les commerçants et les professionnels sont illégales”, a déclaré Shamseddin Al-Abdati, président du Forum des consommateurs marocains. “Il est nécessaire de faire référence au nouveau prix applicable et à l’ancien prix à finaliser, en précisant la durée de la réduction, en précisant son début et sa fin.

Dans une interview accordée à Hasparis, Al-Abdati a déclaré que des associations de défense des consommateurs avaient déjà attiré l’attention des autorités sur cette affaire, mais que “les mesures concrètes pour mettre fin à ce phénomène n’existent pas. Parmi les arguments avancés à cet égard, “Il a dit.

Selon Al-Abdati, la responsabilité du contrôle des prix et de l’étendue du respect des magasins de protection du consommateur incombe à l’État ainsi qu’au ministère de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Economie numérique et au Conseil de la concurrence. Le contrôleur de prix doit donc confirmer la facture et la comparer au prix réduit.

Selon les associations intervenant dans le domaine de la protection des consommateurs, certains magasins marocains recourent à la tromperie et à la fraude pour annoncer des rabais importants pouvant atteindre 50%, mais ils sont en réalité inférieurs à cela et, dans certains cas, la réduction de prix est supérieure au prix réel.

Al-Abdati a souligné que la solution à ce “chaos” consistait à appliquer la loi n ° 31.08 sur la protection des consommateurs, afin que les réductions soient réalistes et réelles afin de ne pas perdre les droits des consommateurs.

Les grands supermarchés marocains comptent désormais sur des rabais hebdomadaires sur un certain nombre de produits pour attirer et promouvoir leurs clients. La plupart d’entre eux participent régulièrement aux campagnes du Black Friday par le biais de leurs sites numériques et de réseaux sociaux comme le plus grand géant mondial de l’e-commerce.

L’article 31.08 stipule que “la vente ne peut être réduite que si elle est accompagnée d’une déclaration claire et lisible du terme” réduction “. Le fournisseur indique dans les lieux de vente les produits ou les produits couverts par la réduction, le nouveau prix applicable et l’ancien prix à compléter La réduction au début et à la fin de la réduction.

Les dispositions de la même loi prévoient également que “l’ancien prix sur lequel le prix minimal est effectivement applicable ne peut pas dépasser le prix réel du fournisseur pour un bien ou un produit similaire appartenant à la même entreprise au cours des 30 derniers jours précédant le début de la réduction. , Indique les taux de réduction applicables aux produits et marchandises couverts par la réduction. “

La loi exige également “la mention dans chaque annonce publicitaire d’une réduction de la date et de la durée de l’opération et de la nature des biens ou des produits concernés, si elles ne concernent pas tous les biens ou produits du fournisseur. “Réduction” ou similaire dans d’autres langues et leurs dérivés pour désigner toute activité ou désignation d’entreprise, nom commercial, logo ou caractère non liés au processus de réduction.

L’espace numérique reste le théâtre de grandes campagnes visant de larges catégories de consommateurs et les intérêts du Ministère du commerce et de l’industrie ne sont pas suffisamment en mesure de détecter les contrevenants à la loi sur la protection du consommateur, laissant un espace vide à ceux qui favorisent les remises.

En juillet dernier, des experts des Nations Unies ont recommandé au Maroc de poursuivre la publication des dispositions relatives à la protection des consommateurs et de réviser la loi 31.08 afin de l’adapter aux bonnes pratiques de protection des consommateurs, aux directives des Nations Unies et à l’élaboration du Code de la consommation.

Les experts des Nations Unies ont également appelé le gouvernement du Royaume du Maroc à élaborer une stratégie de communication avec le consommateur afin de lui permettre de se familiariser avec ses droits, de renforcer les capacités des associations de défense des consommateurs, de développer l’éducation en matière de droit de la consommation au niveau universitaire et de développer des systèmes de traitement des plaintes, y compris sur Internet.

Articles similaires