AFP/Archives / GIANLUIGI GUERCIAL’un des deux finalistes de la présidentielle malgache, Andry Rajoelina, vote au second tour, le 19 décembre 2018, à Antananarivo.

L’ancien chef de l’Etat malgache Andry Rajoelina semblait samedi promis à une nette victoire dans l’élection présidentielle, selon des résultats partiels, mais le camp de son rival Marc Ravalomana a crié à la fraude et aux “manipulations”.

Le dernier décompte publié dans l’après-midi par la Commission électorale (Ceni) après dépouillement de plus de 3,5 millions de bulletins, pour une participation estimée à un peu moins de 5 millions de votants, créditait M. Rajoelina de 55,7%.

M. Ravalomanana recueillait, lui, 44,2% des suffrages, selon ces chiffres portant sur près des trois quarts des bureaux de vote.

Les résultats provisoires complets, avant d’éventuels recours devant la Haute-cour constitutionnelle, devraient être rendus publics par la Ceni autour de Noël.

“On attend encore les résultats complets de la Ceni mais je crois que les résultats actuels sont irréversibles”, s’est réjoui auprès de l’AFP un des proches d’Andry Rajoelina, l’ancien ministre Hajo Andrianainarivelo. “La victoire est à nous !”

Le camp adverse a catégoriquement rejeté les résultats partiels.

Articles similaires