Maoc crime Les autorités locales arrêtées en lien avec le crime de couper la tête d’une femme dans la vallée d’Ifran

by Emploi Maroc

Les autorités de la région de Tuvalit, dans la province de Medelt, ont arrêté vendredi soir un suspect dans un massacre horrible dans la vallée d’Ifran vendredi.

Selon une source locale proche du dossier, il aurait confirmé lors d’une conversation téléphonique avec Hesperis qu’Aziz, âgé de trois ans, originaire du village d’Ait Fozuli, dans la province de Medelt, avait été arrêté après avoir été interrogé par l’un des prestataires de la région. .

La même source a déclaré dans la même déclaration que le journal avait indiqué que le suspect s’était rendu dans un magasin pour obtenir du lait, pour surprendre le commandant accompagné de ses assistants et pour l’emmener au siège de la gendarmerie royale à Tounfeet afin d’ouvrir une enquête et d’assurer sa participation au terrible crime qui a coûté la vie à vingt personnes.

Ce même porte-parole a déclaré avoir avoué au siège de la gendarmerie royale à Mansoub, en précisant qu’il l’avait tuée après l’avoir soutenue, avec sa fille, dans la région de Wad Ifran ou ailleurs, mais qu’il l’avait vaincue en l’assassinant avec un couteau. Les partenaires, ainsi que le fait que les éléments de sécurité ont indiqué où se trouvait l’outil d’aide au crime à Tounfeet, a indiqué la source.

Dès que la nouvelle de l’assassinat d’une femme divorcée, le vendredi matin, d’une façon moche, les activistes ont fait appel à des sites de réseaux sociaux pour soutenir la famille de la victime tuée.

Dans ce contexte, de nombreuses publications ont appelé de leurs propriétaires à soutenir les jeunes de 20 ans, surtout depuis qu’ils ont laissé derrière eux Aba Kahla et une petite fille qui était leur seul soutien de famille.

Selon des témoignages de dizaines de personnes solidaires de la victime et de sa famille, “toute solidarité avec la famille de Mughdoura Azrou. Nous appelons l’Etat à assurer la sécurité de tous les Marocains”.

Contrairement au tumulte provoqué par le meurtre de deux touristes scandinaves, de nombreux militants ont comparé l’étendue de la solidarité entre les victimes d’Ifrane et les victimes de la région de Hoz en Norvège et au Danemark, s’étonnant de la solidarité limitée avec la victime marocaine.

Articles similaires