Nasser Zefzafi transféré à l’hôpital après s’être blessé à la main

Le leader du Hirak d’Al Hoceima, Nasser Zefzafi, a été transféré samedi à l’hôpital après s’être auto-mutilé, assure l’Administration pénitentiaire.

Nasser Zefzafi, qui purge une peine de 20 ans de prison à la prison d’Oukacha à Casablanca, “a tenté samedi de semer le trouble et l’anarchie par des comportements contraires à la loi”, indique l’établissement pénitentiaire. Cette dernière serait rapidement intervenu pour imposer l’ordre, en ordonnant le transfert de Zefzafi à l’hôpital pour recevoir les soins nécessaires “à cause d’une enflure de la main résultant d’une blessure qu’il s’est infligée par lui-même”, assure la DGAPR.

Le leader du mouvement contestataire du Hirak a demandé samedi (18H30) des soins à cause de douleurs qu’il a dit sentir au niveau de l’un de ses pieds, précise l’Administration pénitentiaire dans un communiqué, ajoutant que lorsque l’infirmier s’apprêtait à apporter ces soins, “le détenu a jeté les équipements de soins et s’est volontairement blessé en frappant sa main par l’extrémité d’un bureau, réclamant la présence du directeur et du médecin et alléguant que les soins qu’il a reçus étaient insuffisants”.

Il s’avère, ajoute la même source, que “le prisonnier visait, à travers ces comportements contraires à la loi, à semer le trouble et l’anarchie, puisque suite à cet acte, nombre de détenus dans le cadre des événements d’Al Hoceima ont refusé de regagner leurs cellules”.

“L’Administration de la prison est aussitôt intervenue pour imposer l’ordre et a ordonné le transfert du détenu à l’hôpital pour recevoir les soins nécessaires à cause d’une enflure de la main résultant d’une blessure qu’il s’est infligée par lui-même, souligne le communiqué, relevant que l’Administration a fait entrer les détenus dans leurs cellules, en attendant de prendre les mesures disciplinaires nécessaires à l’encontre des contrevenants pour sanctionner leurs agissements qui visent à semer l’anarchie au sein de l’établissement qui les abrite”, ajoute la DGAPR.

L’Administration rappelle avoir transféré le détenu en question à plusieurs reprises à l’hôpital, sur sa demande, pour réaliser des examens spécialisés sur certains de ses articulations inférieures. Tout en veillant à ce que tous les prisonniers bénéficient des soins médicaux nécessaires, l’Administration reste déterminée à prendre les mesures fermes pour préserver l’ordre au sein de l’établissement et réprimander tous les comportements contraires à la loi, conclut le communiqué.

 

Source: h24info

Articles similaires