nouveau modèle de développement du Royaume “omet” la participation des femmes marocaines

by Emploi Maroc

Le nouveau modèle de développement occupe une place importante dans le débat public actuel, car le sujet en est la preuve dans les salons intellectuels, politiques et culturels, après que le roi Mohammed VI eut appelé à la formulation d’un nouveau projet de développement répondant aux aspirations des Marocains. Mais ce grand pas en avant appelle une vision globale à associer entre différentes dimensions et approches, sans oublier l’implication de tous les acteurs institutionnels dans la phase de préparation.

Il ne fait aucun doute que le débat se concentre sur la voie de la réforme institutionnelle afin de réconcilier les citoyens avec l’action politique, rétablissant ainsi la confiance dans les urnes, et visant également à réaliser le développement économique et social souhaité tout en négligeant le rôle central joué par les femmes. Dans la réforme de la société, comme ils ne sont pas particulièrement impliqués dans la formulation du nouveau modèle de développement.

Le modèle précédent n’a pas réussi à atteindre les objectifs de la règle que jamais, à l’avant-garde d’atténuer les différences de genre, parce que le discours devrait se concentrer principalement sur l’égalité entre les hommes et les femmes dans divers domaines de la vie, comme cela est encore la société souffre de la prévalence de la perception masculine découlant des textes traditionnels Mangez dessus et buvez.

En conséquence, le nouveau modèle recherché est une responsabilité collective, ce qui nécessite des efforts concertés afin de définir des objectifs et des priorités, par le biais de la concentration afin d’éliminer la perception d’infériorité qui touchent les femmes dans les efforts de la vie communautaire, un mécanisme clé pour la sortie du modèle précédent du col de la bouteille, il est situé au cours de la situation actuelle.

Khadija Rabah, membre fondateur de l’Association démocratique des femmes marocaines, a déclaré: “Le nouveau projet de développement se présente dans des circonstances très délicates, en particulier après que plusieurs rapports internationaux ont annoncé plusieurs indicateurs montrant que le Maroc n’avait pas pleinement progressé sur la plupart des questions liées au développement social. Thèmes liés à l’éducation, à la santé, à la protection sociale et à la participation des femmes à la prise de décision politique et administrative. “

Elle a ajouté babouins, dans une déclaration au journal électronique, Hsebres que « rapports internationaux ont montré ces lacunes, et il y a le projet de développement doit être fondé sur l’égalité, en tant que principe de base pour atteindre le développement souhaité, qui ne peut être atteint sans la participation des femmes dans toutes les questions économiques, sociales, politiques et culturelles Et l’environnement, qui fait de la participation des femmes l’une des pierres angulaires du nouveau projet de développement. “

En ce qui concerne les locaux et les orientations de base qui devraient être invoquées dans la préparation des projets de développement, militant des droits de l’homme a expliqué que le premier point de l’identification de référence, par « consensus sur une référence claire en ce qui concerne les grandes orientations du pays, qui est le moyen par lequel doit être adopté à l’âge de toutes les politiques publiques. »

“Si la constitution reconnaît la primauté des conventions internationales sur les lois nationales, la référence fondamentale doit être basée sur diverses chartes et tendances reconnaissant l’importance de la réalisation des droits des femmes et des droits humains en général”, a-t-elle déclaré.

“Le deuxième principe est l’expansion de la démocratie participative en définissant les approches de l’emploi pour le projet de développement. Bien que la Constitution appelle à la démocratie participative, nous sommes encore loin d’être téléchargés sur le terrain. “Dit Khadija Rabah.

Le troisième point, a-t-elle déclaré, réside dans “l’adéquation des politiques publiques avec les politiques fiscales.” Il n’est pas possible de parler de projet de développement intégré sans réforme structurelle sur le plan financier, en activant les exigences de la loi de finances, Niveau national en mettant en œuvre de nombreuses actions réelles au niveau de la saleté. “

Le Eetmzar dernier point de l’adoption de la décentralisation, en tant qu’acteurs droits de l’homme a souligné que « l’état Jacobite ou central ne peuvent pas contribuer à tout projet de développement sur le terrain, parce que les décisions sont toujours prises au niveau national, qui appelle à la construction d’un projet sur la base de l’intégration, la contractualisation et le partenariat entre Niveaux national et terrestre “.

“Tous ces problèmes ne peuvent être résolus qu’en instaurant l’égalité de manière transversale dans tous les domaines”, a-t-elle déclaré. “Le projet de développement intégré doit être fondé sur une approche sexospécifique et garantir l’égalité entre hommes et femmes”.

Articles similaires