revue de Presse: Une jeune fille kidnappée de force dans le centre de Berchid par la sécurité

by Emploi Maroc

Lisez quelques articles parus mercredi dans le journal Al-Ahdat Al-Maghribia sur l’enlèvement d’une jeune fille de 18 ans devant le quartier d’Al-Hassani à Barshid après l’avoir accompagnée de sa mère.

Selon le journal, deux jeunes hommes d’une voiture noire tenant la fille et la forçant à monter dans la voiture, ont déclaré que des citoyens avaient tenté d’intervenir pour sauver la fille, mais que l’annonce des deux jeunes hommes aux armes blanches les avait poussés à se retirer.

Selon les “événements marocains”, les éléments de sécurité à Bricheed se trouvaient sur les lieux de l’accident. Des déclarations ont été enregistrées par certains des témoins qui ont examiné l’incident. La mère de la victime a été entendue officiellement.

Le journal a arrêté le ministre de l’Intérieur, qui considérait le crime terroriste Ilmil comme un acte individuel, ajoutant que si efficace que fût l’approche adoptée par l’État pour lutter contre le terrorisme, il était toujours sujet à la confusion causée par l’insistance de certains pour adopter une approche opportuniste.

“The Evening” a annoncé que les ambassadeurs des États-Unis et de la France accrédités auprès du Royaume du Maroc assisteraient au procès des accusés du meurtre du dirigeant collectif le 26 décembre, programmé devant la chambre criminelle de la cour d’appel de Bastat, où trois personnes sont poursuivies pour meurtre avec préméditation conformément au chapitre 392 de la loi. Et un pharmacien de premier plan à Casablanca et son frère poursuivent un crime de participation à un meurtre avec préméditation aux termes de l’article 129 du Code pénal.

Dans la soirée, nous lisons également que la cessation de la Navoratin dans la nouvelle ville a coûté environ 3 milliards de centimes à la construction. Il y a environ six mois, le conseil collectif de la ville a de gros problèmes avec les résidents et les visiteurs de la ville, en raison de la disparition de l’esthétique fournie par ces deux nafortans, Surtout la nuit.

Selon le même récit, un certain nombre de militants des droits de l’homme et de représentants d’organisations de la société civile ont été surpris par cette décision soudaine de mettre fin aux deux maux sans aucune raison convaincante. Les sources ont révélé que le groupe n’avait pas été en mesure de prolonger le contrat avec la société, qui avait été accusée de maintenance après avoir refusé de poursuivre ses travaux sans signer les procédures légales. Le conseil de direction n’a pas annoncé la demande de nouvelles offres afin de ne pas interrompre le travail de Nfortan.

La même source a indiqué que le ministre de la Justice avait ordonné à l’Inspection générale de son ministère d’ouvrir une enquête approfondie sur un dossier judiciaire qui avait été réglé à ses stades préliminaire et d’appel en faveur d’étrangers illégalement piétinés sur leurs biens, puis contestés devant la Cour de cassation.

Selon la soirée, la Cour de cassation déclara accepter le pourvoi de la défense dans l’affaire de la propriété de la tierce partie, connue sous le nom d’affaire Bagisso, par une erreur formelle dans le dossier qui avait été commis par le greffier de l’instruction, qui ne comportait pas d’autres noms contraires aux noms des juges, Ce que la Cour de cassation a considéré comme une erreur dans la forme du dossier, qui devait obligatoirement être renvoyé à la cour d’appel de Casablanca pour décision par un nouvel organe juridictionnel.

Et à “Akhbar Al Youm”, selon lequel la Fondation Mohammed VI pour l’avancement du travail social des dignitaires religieux souffre d’un important déficit financier qui l’empêche de s’acquitter des droits des gardiens. Après les efforts de la Fondation auprès du ministère des Finances, un soutien financier supplémentaire de 4 milliards de centimes a été fourni, L’affectation d’une partie de ce montant à la compensation compensatoire de quatre gérants de cette institution s’élevant à environ 84 000 dirhams chacun.

Selon la même source, les autorités belges ont libéré Sanaa Mahidli et Yehman, fille de Ahmed Wahman, chef de l’Observatoire marocain contre la normalisation, après une bataille juridique et des droits de l’homme avec les autorités belges de sécurité à l’aéroport Charles Leroua, où Sanaa était détenue pour un séjour dans un hôtel.

Dans une interview avec Akhbar al-Youm, Ahmed Wahman a déclaré que sa fille avait été libérée du centre de détention de sécurité belge et que les autorités de sécurité belges avaient présenté des “excuses verbales”, soulignant que sa fille avait insisté pour que les autorités judiciaires belges fassent un suivi auprès de la Cour européenne des droits de l’homme.

Le journal Al-Alam a indiqué que le Maroc se classait 98e sur 157 pays dans l’Indice de capital humain 2018 publié par le Rapport sur le développement de la Banque mondiale, derrière la Tunisie, qui se classait au 96ème rang, devant l’Egypte de 6 points. .

Dans le même esprit, le Bureau national des aéroports a annoncé que le nombre de passagers ayant traversé les aéroports marocains jusqu’à la fin du mois de novembre comptait 20,6 millions de personnes, soit une augmentation de 10,38% par rapport à la même période de l’année dernière.

Articles similaires