Salafistes: Nouvel An pour les “infidèles” .. Abu Hafs: joie et fusion

by Emploi Maroc

Les militants djihadistes marocains font campagne sur les sites de réseaux sociaux, réclamant le non-respect du Nouvel An. Ils ont échangé des affiches et des messages religieux sur le site Facebook, les empêchant d’échanger des cadeaux et d’acheter des bonbons “bonani”, .

Les Salafistes ont lancé une attaque sur leur ancien collègue Mohamed Abdel Wahab Rafiki, connu sous le nom d’Abou Hafs, un érudit en études islamiques, pour avoir publié une photo avec un arbre de Noël pour célébrer les anniversaires. Culture, coutumes et possibilités de joie et de joie. “

Hassan al-Kettani, une figure importante du mouvement djihadiste salafiste, qui mène une campagne contre les sites de réseautage social contre les célébrations du Nouvel An sur son ancien compagnon de poste, a déclaré: “Nos érudits étaient généralement tenus de faire de cette occasion une condition pour parler de certains maux. Les musulmans ces jours-ci pour condamner ce qui se passe dans le pays qui ressemblent aux infidèles des infidèles et aux célébrations de la tête de l’année chrétienne en plaçant l’arbre du mal et l’arrivée de leur père Noel pour offrir des cadeaux aux enfants portant la barbe rouge et acheter des bonbons en tête de leur année.

Il a ajouté un activiste salafiste: “Il n’ya aucun doute sur l’odeur de la science et avait un penchant pour la religion en ce sens que ces manifestations sont laides pour la nation des chrétiens, en particulier leurs fêtes et coutumes et leurs traditions. Cela doit être refusé au lieu de déni aux réformateurs et aux défenseurs de la rue.

Pour sa part, Mohammed Abdul Wahab Rafiqi estime que la fatwas interdisant la célébration de la naissance du Christ, fils de Marie et du Nouvel An, “n’était qu’une sorte de réaction de la part des juristes musulmans qui considéraient ces célébrations comme une menace pour leur identité et leurs convictions.

Le chercheur explique dans la jurisprudence islamique que la création de la célébration de la naissance du prophète au IVe ou Ve siècle “n’était qu’une réaction aux célébrations qui se propageaient au Maghreb et en Andalousie, racontant des livres d’histoire sur la célébration de la naissance de Jésus et du paysan du Nouvel An par les Marocains. Maroc portant les meilleurs vêtements et systèmes de poésie et d’échange félicitations. “

Selon le même orateur, les “vagues wahhabites qui ont envahi les sociétés islamiques, qui ont révoqué les fatwas du tabou et de la diffamation, ont réintroduit une telle controverse chaque année”, a-t-il ajouté.

“Aujourd’hui, je pense que nous transcendons depuis longtemps ce conflit idéologique. Nous avons compris la réaction des anciens juristes dans le contexte des guerres de religion du jour. Mais aujourd’hui, le monde entier, avec toutes ses ailes, sa majesté et ses tendances, célèbre le Nouvel An d’ici la fin de l’année. Année et autres débuts, et respecte les fêtes de toutes les religions, y compris les vacances des musulmans, et l’échange de félicitations entre tous les ennuis de la terre à chaque occasion, loin de ces conflits idéologiques.

“La célébration de ces occasions est aujourd’hui une culture, des coutumes et des occasions de joie et de joie, pas un culte jusqu’à ce que l’on parle d’hérésie, et tout droit de célébrer la naissance de tous les prophètes, et non des prophètes” .

Au Maroc, le Nouvel An n’est pas officiellement célébré, mais les jours fériés sont accordés dans les établissements publics et le secteur privé. Les Marocains célèbrent leurs fêtes religieuses en voyageant, en se rendant dans des centres commerciaux ou en achetant des friandises.

À chaque année du Nouvel An, le roi Mohammed VI adresse ses félicitations aux dirigeants des pays frères et amis qui célèbrent cette occasion. Chaque année, à l’occasion du réveillon du Nouvel An, famille et amis célèbrent avec de courtes vacances dans un pays.

Articles similaires