tribunal soutient l’abolition de “Sabo” .. Et le maire de Tanger: le pouvoir judiciaire avant tout

by Emploi Maroc

Les activistes ont rapporté sur le site de réseau social “Facebook” que le tribunal administratif de Rabat avait rendu une décision soutenant la décision d’urgence rendue par le tribunal administratif de Rabat, visant à retirer “Sabo” de deux voitures. Les propriétaires ont engagé une action en justice contre la société “Sumajic” et le groupe Tanger.

Selon la même source, le maire de la ville, Mohamed al-Bashir al-Abdalawi, a récemment déclaré lors d’un séminaire organisé sur le même sujet que le groupe de Tanger “respecte la décision du tribunal administratif sur le club, même si elle n’est pas définitive et sera requise par la société lors du verdict final”.

Il a dit les militants à travers la page « contre Alsabo Tanger » que tant que le maire de la ville de Tanger, et comme il l’a dit, respecte la justice, et tant que le pourvoi en cassation sur l’hypothèse d’occurrence ne s’arrête pas mise en œuvre; « Que faut-il de lui donner des ordres à la société Somagik afin d’arrêter immédiatement l’esprit de la voiture par Alsabo dans la ville Tanger à la lumière de cet innovateur. “

Pour sa part, Mohammed al-Bashir Aelaidlaoa, maire de la ville de Tanger a expliqué que la mission d’un groupe de Tanger est de faciliter le dialogue entre la société civile et la société, et que toute solution de compromis entre les deux parties « ne peut pas aider le groupe que sa bénédiction », expliquant qu ‘ « il est naturel que la société est à la recherche de la rentabilité, Et cette société civile s’oppose à ce qu’elle juge nuisible “.

“Le livre de campagne a été préparé lorsque nous étions dans l’opposition et nous l’avons accepté, mais son téléchargement présente des déséquilibres. Si un changement devait avoir lieu, il devait être soumis à un comité de suivi”, a ajouté le porte-parole.

Al-Abdalawi a expliqué que le livre de campagne prévoyait des sanctions “punitives”, sans toutefois préciser sa forme exacte, ajoutant qu’il avait auparavant rejeté des solutions plus difficiles que “Sabo”.

“Si l’entreprise et la société civile parviennent à une solution satisfaisante, nous ne pouvons que l’aider, à l’instar du dialogue social gouvernemental, mais si la situation reste telle quelle, nous rechercherons d’autres formules pour trouver une solution de compromis”, a-t-il déclaré.

Pour ce qui est de la décision du tribunal administratif, Al-Abdalawi a déclaré: “Si c’était définitif, nous n’aurions d’autre choix que d’obéir. Le pouvoir judiciaire est avant tout, mais je ne l’ai pas encore lu et je ne connais pas ses détails.”

Il a conclu en disant que la société civile qui se bat dans l’affaire Sabo a fait preuve d’un haut niveau de sensibilisation et d’un dialogue poussé, “ce qui mènera nécessairement à des solutions”.

Articles similaires